On becoming fearless – Le leadership vu par Arianna Huffington

Lancé aux États-Unis en 2005, le Huffington Post est un journal en ligne qui a maintenant des satellites dans plusieurs régions du monde dont le Royaume Uni, la France, le Canada et le Québec depuis la semaine dernière. Cette publication virtuelle attirerait entre 25 et 37 millions de visiteurs chaque mois !! La co-fondatrice, Mme Huffington, a vendu l’entreprise en 2011 à AOL pour la somme de 315 millions $. Elle en demeure toutefois le CEO en plus de voir à la direction de certaines divisions d’AOL.

 


 

Mais qui est donc cette femme d’affaires, consacrée par le Magazine Time parmi les 100 femmes les plus influentes au monde ?

 

Née Arianna Stassinopoulos à Àthènes, elle est une économiste de formation, graduée de l’université de Cambridge. Ses débuts dans le monde des médias, mis à part le fait familial d’être entourée de journalistes, coïncident en quelque sorte avec sa rencontre, à l’âge de 21 ans, avec le journaliste et auteur Bernard Levin. Elle était alors présidente d’une société de débats publics, The Cambridge Union. Elle entretiendra une relation de près de 10 ans avec celui qu’elle considère avoir été son mentor et modèle. Sa rupture l’amène à quitter Londres pour vivre à New York en 1980.

 

Mme Huffington n’est pas un personnage sans controverses, ni contradictions; tantôt conservatrice, tantôt libérale. Elle s’est présentée comme gouverneur de la Califormie et a perdu. Elle est auteure de nombreux articles et livres dont : How to overthrow the government (2000), quelques biographies dont l’une sur Maria Callas et une autre sur Pablo Picasso, intitulée: Picasso: creator and destroyer.

 

Voulant en savoir plus sur cette dame hors du commun, j’ai découvert son livre le plus autobiographique et intitulé à juste titre: On becoming fearless. Il s’agit d’un condensé de ses réflexions et de ses expériences marquantes de sa vie de femme d’affaires. Sa lecture permet de jeter un certain éclairage sur le leadership et l’entrepreneurship de cette femme et sur les principes qui l’ont guidée dans ses choix.

 

Le message principal consiste, tel que le titre le propose, à surmonter toutes ses peurs. Et elle les nomme toutes: peur du ridicule, peur de l’échec, peur du succès, peur du rejet, peur de vieillir; peur du travail; peur d’être seule; peur de mourir; peur d’affirmer ses idées et opinions; peur de négocier, etc. Mais surtout, elle résume en grandes lignes les grands thèmes ou principes derrière son succès:

 

  • le pouvoir vient du but que l’on se donne et de la volonté d’y arriver, d’où l’importance d’identifier ce but et de l’honorer;
  • la force intérieure vient de la capacité de s’accepter tel quel, de transcender ses propres peurs (peur de l’échec, peur du succès, peur du rejet, etc.); le pouvoir émerge de la connaissance de soi qui libère, qui révèle ses forces et qui permet d’accepter ses défis personnels;
  • le courage de ne pas être parfaite en tant que mère ou femme;
  • la volonté d’assumer ses désirs et intérêts, ses choix et ses passions, voire d’être ambitieuse;
  • la volonté de s’affirmer, de se battre pour ce que l’on veut au lieu de s’inquiéter, d’être gentille et de chercher à plaire par dessus tout;
  • l’apprentissage continu de l’art de la négociation; pour demander un meilleur salaire, les bonus et tout ce qui permet d’atteindre le but recherché;
  • le courage de prendre des risques;
  • la sagesse de prendre soin de soi, de se reposer, d’amener un équilibre dans sa vie.

 
 

Elle pousse sa réflexion sur sa propre définition du leadership qui, selon elle, ne doit pas être limitée à l’application Darwiniste, c’est-à-dire celle du plus fort sur les autres. Selon elle, le leadership, c’est l’actualisation d’un but qui passe nécessairement par la domination de ses peurs, par la force de ses convictions au service des autres. Elle ajoute que ce leadership est généré par la force intérieure ainsi manifestée.

 

Tout au long de cette autobiographie, elle invite les femmes à s’exprimer haut et fort, sans s’excuser, à vivre leurs ambitions et en faire profiter le plus de monde possible.

 

Bref, un livre de chevet assez intéressant et motivateur (j’oserais dire vendeur) et qui regorge en plus d’exemples et d’anecdotes croustillantes sur la vie politique américaine. Voilà un modèle de femme d’affaires qui ose dire et faire afin de réaliser ses ambitions.

 
 

Edith Luc, Ph.D.

 

©2012. Edith Luc, Tous droits réservés.


Leave a Reply