Le leadership partagé: un nouveau modèle de leadership en réponse à l’évolution des mentalités

Tout chef d’entreprise, tout responsable d’équipe s’interroge sur les meilleurs moyens de favoriser la performance de ses gens, leurs prises d’initiatives en lien avec les objectifs poursuivis, tout en créant un climat organisationnel où chacun se sent bien.

La gestion de nos organisations a été influencée en tout temps par le contexte socio-culturel et par le type d’industrie dans lesquelles elles évoluaient. À titre d’exemple, l’entreprise minière du début du 20ème siècle se permettait d’avoir des enfants-mineurs, de faire travailler leurs employés jusqu’à 12-14 heures par jour et d’embaucher et de congédier sans préavis. Le contexte légal et social de l’époque le permettait jusqu’à ce qu’il y ait rupture sous formes de révoltes ou révolutions ainsi qu’une reconnaissance des droits des travailleurs et des enfants y compris.

 

Un autre exemple est celui des entreprises des cinquante dernières années où la tâche du gestionnaire était d’agir en bon père de famille: parfois autocrate, parfois bienveillant mais toujours au cœur de la résolution des problèmes et des prises de décisions. Enfin, le consommateur des biens et des services d’alors était soit ignorant des abus, soit insouciant ou avait peu de moyens de réagir.

 

Le contexte des années courantes est tout autre. Les médias sociaux, internet et l’éducation donnent un pouvoir nouveau et sans bornes à ses utilisateurs. Ni ignorants, ni dépendants du savoir centralisé dans la tête de quelques uns, les utilisateurs, qu’ils soient employés, fournisseurs ou clients peuvent échanger, créer et s’informer à une vitesse phénoménale. L’opinion collective est dorénavant volatile et peut favoriser la croissance d’une entreprise ou la réduire. Le gestionnaire gère donc comme s’il était dans une vitrine où tous et chacun peuvent être témoins de ce qui s’y passe.

 

Mis à part le contexte externe, la complexité croissante des enjeux de même que l’évolution des valeurs des ressources humaines (ex. équilibre travail-famille) tout autant que leur capacité à trouver des solutions nouvelles exigent maintenant une nouvelle forme de relations, un nouveau rapport entre les détenteurs de l’autorité que sont les gestionnaires et les collaborateurs de l’entreprise.

 

C’est ce que propose le leadership partagé, c’est-à-dire l’implication du plus grand nombre et la contribution du leadership de chacun à la réalisation des buts communs; un processus d’influence multilatérale du bas vers le haut et vice versa, entre collègues tout comme entre les partenaires externes à l’organisation (ex. fournisseurs, communautés locales).

 
 

Edith Luc

 

© Edith Luc. Tous droits réservés.


Leave a Reply